Reportage Damas

Fabrication de l'acier damassé

Fabrication de l'acier damassé

Le damas est un acier feuilleté qui contient une alternance de couches de compositions différentes. Une fois l’acier mis en forme, c’est le contraste entre ces différentes couches qui révèle des motifs à la surface du métal.

Construction d'une trousse de Damas

Construction d'une trousse de Damas

Dans notre cas, on alterne de l’acier (fer et carbone) et des plaques de nickel. L’ensemble est soudé aux extrémités pour former la trousse de Damas. On y greffe souvent le « traînard », sorte de poignée qui facilite la manipulation de l’ensemble.

Première étape avant la soudure

Première étape avant la soudure

La première phase consiste à souder correctement les plaques entre elles. Si elles ne fusionnent pas parfaitement, le lingot ne résistera pas aux étapes suivantes. La forge à gaz est mise à contribution pour rapidement porter le tout à plus de 1200°.

Premier martelage

Premier martelage

Le premier passage au marteau-pilon permet surtout de réduire encore l’espace entre les différentes couches.

Élimination de la calamine

Élimination de la calamine

Tant que la haute température le permet, il faut vite brosser la surface pour la débarrasser de la calamine, une pellicule d’impuretés qui se forme sur le métal sous l’action de la chaleur et des contraintes mécaniques.

Le Borax

Le Borax

Immédiatement après, on saupoudre chaque face de Borax en insistant sur les champs.

Antioxydant

Antioxydant

A ces températures, le borate de sodium passe à l’état liquide et va pénétrer par capillarité entre les plaques ainsi que dans tous les interstices pour empêcher l’oxydation et rendre possible la soudure.

La soudure

La soudure

Retour dans le foyer de la forge, puis on recommence un pilonnage plus appuyé pour faire cette fois la soudure proprement dite. Le borax est une nouvelle fois mis à contribution pour parfaire l’antioxydation.

Forger...

Forger...

Une chauffe supplémentaire est nécessaire pour confirmer la soudure.

... et contre-forger

... et contre-forger

À ce stade ou lors de la prochaine chauffe, on commence à marteler aussi les chants : c’est la contre-forge qui permet de contenir les dimensions en largeur et de confirmer la qualité de la soudure dés le début.

Le lingot

Le lingot

Maintenant, il ne s’agit plus d’un trousseau mais d’un lingot que l’on va étirer et maintenir rectiligne par forge et contre-forge jusqu’à l’obtention d’un barreau de Damas aux bonnes dimensions.

La presse

La presse

Pour gagner du temps lors de l’étirage, on peut utiliser une presse. En imprimant des étranglements perpendiculaires au sens d’étirement, le lingot s’allonge une première fois, puis une seconde, lors du martelage.

Fin de l'étirement

Fin de l'étirement

On dispose maintenant d’un barreau de Damas. Une autre conséquence de la forge est d'améliorer les caractéristiques mécaniques par modification de la structure du métal et de l'orientation de ses cristaux.

Nouvelle trousse

Nouvelle trousse

La préparation du Damas demande beaucoup d’expérience et tout autant de patience : la finesse des dessins dépendant du nombre de couches, on va créer une nouvelle trousse en scindant, en plusieurs morceaux, le barreau précédemment obtenu.

Polissage

Polissage

On peut couper ou plier le barreau. Quoiqu’il en soit, il faut méticuleusement polir sa surface pour qu’aucune impureté ne vienne gâcher la soudure suivante.

Nouvel assemblage

Nouvel assemblage

On cale puis on ressoude les plaques, de nouveau, aux extrémités. Il faut procéder de même avec le traînard qui n’apprécie que rarement les successions de chauffes et de contraintes mécaniques.

Répétition

Répétition

La soudure et l'étirement sont alors à réitérer. Inutile de préciser qu'à ce stade, toute mauvaise manipulation, comme un martelage à trop basse température, compromettrait toutes les étapes précédentes...

Le barreau de Damas

Le barreau de Damas

On dispose maintenant du barreau de Damas final. Il y avait initialement un trousseau de 9 couches qui est passé, en le scindant en 4, à 9 x 4 = 36 couches puis, qui scindé encore en 5, a permis d'obtenir un dernier Damas de 36 x 5 = 180 couches.

Lames en acier de Damas

Lames en acier de Damas

Voici deux couteaux, en cours de façonnage, créés à partir de ce même barreau. Les dessins diffèrent car les fascinants motifs du Damas révèlent ce que l'action du feu et du marteau ont engendré localement.